bagnolet12 bagnolet5 bagnolet11 bagnolet9

L'Actualité

Infos mairie - services - 31/01/2022

Voeux 2022

La Ville de Bagnolet vous souhaite une belle et heureuse année 2022 !

La Ville remercie la talentueuse (et Bagnoletaise !) Kei Lam pour sa collaboration à la campagne de vœux 2022 de Bagnolet !
Ses illustrations représentent plusieurs scènes de vie qui symbolisent des réussites bagnoletaises que chacun pourra facilement deviner et dans lesquelles chacun pourra certainement se retrouver.

Qui est Kei Lam ?
Une Bagnoletaise de cœur et engagée !

Kei Lam est originaire de Hong Kong. Arrivée en France dans les années 90 alors qu’elle n’a que 10 ans, elle grandit dans le quartier de la Noue où elle y passe quinze ans.
Elle décide de suivre des études d’urbanisme et d’architecture pour devenir ingénieur en espace public. Cette passion, elle la découvre en voulant changer le quartier de la Noue. Pour Kei Lam, le quartier a « beaucoup de potentiel mais il besoin d’aménagement ». Avec le temps, Kei se questionne et finit par se rendre à l’évidence : « J’ai compris que ce n’était pas en étant ingénieur que je pouvais changer les choses, alors je suis devenue artiste ».
Elle produit une première bande dessinée qu’elle nomme Banana Girl et qui raconte son arrivée en France, en mettant l’emphase sur le décalage qui se dressent entre deux mondes culturellement opposés.
Au printemps dernier, une seconde bande dessinée voit le jour : Les saveurs du béton. Elle y parle de son quartier et de son potentiel mais surtout de son envie de changement. Kei Lam désire « aider ces gens qui vivent dans des situations de précarité en cassant les schémas répétitifs ».
Les saveurs du béton prend la forme d’un dialogue interne. Kei Lam fait se confronter une petite fille heureuse et euphorique à une adulte confuse aux expériences mitigées, toutes deux des versions d’elle à deux âges différents. C’est quatre années de travail qui ont précédé la conception de cette bande dessinée. Kei Lam voulant s’éloigner de sa propre vision des choses pour laisser la parole à d’autres comme des assistantes sociales, des journalistes mais aussi des habitants de la Noue. Pour elle, c’est une œuvre « personnelle mais solidaire ».
Son talent lui a valu deux prix au festival d’Angoulême, à savoir le Prix jeunesse et le Prix immigration.

Retour